Le cancer ※CANCER: New Hope | 医療法人社団 悠健 ドクターアンディーズクリニック | 超早期がん・がん検査・予防・治療 | 超早期がんの検査や予防、治療

Dr. Andy

  • TEL03-3401-0756
    •                    

Le cancer

Historique:
Comment se forme le cancer?

  • Normalement, des tissus sains produisent occasionnellement des cellules cancéreuses.

    Chaque jour l’organisme produit naturellement entre 3000 et 4000 cellules cancéreuses.

  • Ce sont en fait des mutations génétiques, des copies mutantes déficientes de l’ADN.
  • Ceci n’est cependant pas un problème car le corps « intelligent » repère rapidement les cellules mutantes.
  • Le système immunitaire identifie et élimine ces cellules mutantes avant qu’elles n’aient eu le temps de se dupliquer et d’endommager l’organisme.

  • Ce schéma est valable pour la majorité de la population, de la naissance à l’âge moyen que nous situons entre 40~60 ans. En admettant que l’on soit né avec un système immunitaire sain et que l’on ne soit exposé à aucune condition stressante susceptible de l’altérer, l’organisme s’autogèrera naturellement et éliminera les mutations génétiques déficientes dites précancéreuses.

Les CTCs sont des cellules tumorales circulantes

  • Les CTCs sont des cellules tumorales circulantes – des cellules libérées par les tissus cancéreux, pénétrant la circulation sanguine et se propageant dans l’organisme.
    Les CTCs s’apparentent essentiellement à une bande de voyous occasionnant des désordres dans leur propre quartier pour ensuite, via la circulation sanguine, migrer dans un autre quartier et y semer de nouveaux troubles. Les CTCs deviennent ainsi des bandes itinérantes de bioterroristes se déplaçant d’organe en organe (métastase) et endommageant tous les tissus qu’elles infectent sur leur passage.
    Ainsi, le cancer se propage d’une simple tumeur primitive, facilement traitable par voie de chirurgie ou de radiothérapie, à de multiples organes dont les tissus se détériorent rapidement. Le cancer en phase terminale (avancé, de stade 4) est alors atteint, réputé incurable.

Donc, si nous savons déjà que les CTCs sont responsables,
qu’elles se déplacent en empruntant la circulation sanguine,
pourquoi ne pouvons-nous pas dépister ces «indésirables» et les éradiquer?

  • Bonne question!
    La raison en est simple. Nous pouvons les localiser, les dépister, et nous essayons de les éliminer. Mais une fois que le cancer atteint un stade avancé, nos traitements sont en général peu efficaces. D’accord, me direz-vous, mais dans ce cas pourquoi ne pas détecter plus rapidement ces CTC
    «indésirables» et les traiter adéquatement tant qu’elles en sont encore à un stade bénin… Exactement ! Et la science médicale s’emploie depuis des décennies à solutionner ce problème. Nos méthodes d’expérimentation ont été jusqu’à présent plutôt rudimentaires de sorte que d’ordinaire nous ne pouvons pas « détecter » les cellules cancéreuses avant qu’il ne soit trop tard.
  • Le scanner TDM, ou examen tomodensitométrique,
    st l’un des instruments de diagnostic standard fréquemment utilisé dans n’importe quel grand hôpital.

  • N’oubliez pas qu’il faut trois ans ou plus à une cellule cancéreuse pour croître d’un seul millimètre. A ce stade, nos instruments de dépistage non invasif les plus communément utilisés que sont les scanners TDM et IRM ne peuvent les détecter. Ces cellules cancéreuses prolifèrent depuis déjà trois ans ou plus et les examens au TDM et IRM ne peuvent toujours pas les détecter!
  • Le TEP scan, ou tomoscintigraphie par émission de positions, est un instrument essentiel utilisé actuellement dans le dépistage du cancer à un stade précoce.

  • Au terme de plusieurs années, lorsque les cellules cancéreuses se sont développées pour atteindre 5 millimètres de diamètre, nos scanners TEP plus performants peuvent enfin les détecter. C’est encourageant mais signifie également que ces cellules cancéreuses ont grandi et circulé incognito dans notre organisme pendant des années!

La biopsie liquide

Dans cette clinique nous utilisons une technologie novatrice de pointe pour le dépistage du cancer appelée « biopsie liquide ». Vous avez fort probablement entendu parler de « biopsie » à la télévision. La biopsie classique consiste à prélever un échantillon de cellules cancéreuses à l’aide d’une seringue ou en introduisant un endoscope à l’intérieur du corps du patient. L’échantillon est ensuite analysé pour déterminer la progression du cancer. Ce type de prélèvement est intrusif, inconfortable pour le patient et généralement tardif car, en effet, les médecins prélèvent des échantillons de tissu cellulaire basés sur des informations relayées par des scanners TDM ou IRM n’étant pas à même de détecter les stades précoces du cancer. Dans notre clinique, la technique utilisée est totalement différente.

  • Nous utilisons un procédé spécial et hautement sophistiqué basé sur une série de prélèvements sanguins pour détecter la présence de cellules cancéreuses CTCs dans le sang. Ce test de dépistage est appelé « 3D Microfluidic Device », ou puce microfluidique, mais son rôle essentiel réside dans la biopsie liquide.
    La biopsie liquide ne requiert aucune chirurgie, l’utilisation d’aucun instrument invasif, mais repose sur un simple test sanguin. A partir des échantillons de sang prélevés, nous pouvons détecter la présence ou non de cellules cancéreuses CTCs. Et, plus important encore, la précision du dépistage est bien plus élevée qu’avec les traditionnels scanners TDM, IRM voire même TEP.
    Autant dire que nous pouvons détecter la présence du cancer à un stade bien plus précoce !
    • Vous pouvez penser à une puce microfluidique comme à un filtre d’une précision nanométrique qui,
      tel un filtre métallique de machine à café, filtrerait le prélèvement sanguin effectué pour ensuite
      l’analyser et en restituer le résultat.
    • Les cellules sanguines normales sont minuscules, souples et flexibles – elles passent donc sans problème au travers du filtre.
    • Mais les cellules cancéreuses CTCs sont de plus grande taille et moins flexibles ; elles restent donc à la surface du filtre. Notre biopsie liquide peut donc ainsi détecter la présence de cellules CTCs à un stade extrêmement précoce, bien plus tôt qu’avec les traditionnels scanners externes.

La technologie microfluidique présente trois grands avantages

  • 1. 1. Ne nécessitant qu’une simple prise de sang, la microfluidique est pratiquement non intrusive. Le test sanguin peut être répété à maintes reprises sans présenter de réel inconfort pour le patient.
  • 2. 2. La microfluidique est bien plus précise que les méthodes de dépistage traditionnelles réalisées au moyen de scanners externes, voire même par TEP scan. Nous nous efforçons d’être en mesure de détecter formellement la présence dans le sang de cellules tumorales CTC d’un diamètre égal ou inférieur à 1 millimètre.
  • 3. Comme il ne s’agit que d’un simple test sanguin, nous pouvons le répéter à souhait et à intervalles déterminés. Nous pouvons ainsi étudier le cancer et suivre son évolution, observer la transformation des cellules et déterminer leurs degrés de malignité. Nous pouvons également surveiller l’état du sang du patient et vérifier l’efficacité de nos traitements anti-cancéreux sur lui.
    • La “biopsie liquide” révolutionne l’oncologie ! Ne plus devoir attendre que les cellules cancéreuses CTCs atteignent 5 millimètres de diamètre, voire même 10 millimètres avant d’être détectées mais, être en mesure de les localiser et de les calibrer à un stade bien plus précoce multiplie nos chances de vaincre le cancer.
      C’est tout simplement révolutionnaire!

脂肪溶解メソセラピーはこちら